Après le confinement

Après le confinement

Pour notre cohésion sociale, le déconfinement est une phase au moins aussi cruciale que le confinement. Restituer aux citoyens leurs libertés mises entre parenthèses est nécessaire mais insuffisant. Il s’agit aussi de réparer les effets délétères du confinement.
La jeunesse en a particulièrement souffert dans ses besoins d’activité et de socialisation. Certains jeunes ont même subi des violences ou en ont été témoins.
Avec ses partenaires publics, la Jeunesse au Plein Air du Rhône et de la Métropole de Lyon construit des solutions à son intention.

Comment les parents envisagent-ils les vacances d’été 2020 de leurs enfants de 6-17 ans dans les lieux de vacances collectifs ? L’Observatoire des vacances et des loisirs des enfants et des jeunes (Ovlej) a recueilli l’avis de plus de 4 700 familles pour le savoir.

Dans ce contexte rempli d’incertitudes, près de la moitié des parents interrogés déclare pouvoir envisager un départ en séjour collectif pour leur enfant sur l’été 2020 (47 %), ou une inscription en accueil de loisirs (48 %).

Pour les départs, les parents attendent principalement que les séjours soient organisés avec des petits groupes d’enfants. Ils ressentent également le besoin d’être rassurés pendant la tenue du séjour (possibilité d’appeler régulièrement l’équipe ou son enfant pendant le séjour). Certains témoignent de l’importance pour leur enfant de pouvoir partir : « C’est leur bouée d’oxygène qu’ils attendent avec tellement d’impatience ! ».

Accueils de loisirs et séjours collectifs jouent un rôle important dans la sociabilité, notamment amicale, des jeunes. Or, qu’est-ce qui leur a le plus manqué pendant cette période de confinement ? Etre avec leurs amis ! 75 % des parents interrogés s’accordent sur le fait qu’il est important pour leurs enfants de pouvoir retrouver une vie collective entre pairs, avant la rentrée des classes de septembre. (OVLEJ – 18 mai 2020)

Déconfinement : l'urgence éducative

Un programme massif de vacances solidaires doit être pensé qui respecte les consignes sanitaires, afin que pendant l’été, des jeunes privé·e·s de vacances pour raisons économiques, puissent bénéficier d’un accompagnement sportif, ludique mais aussi pédagogique pour celles et ceux qui auront besoin d’un rattrapage. Nous parlons ici de colonies de vacances éducatives destinées aux élèves les plus éloigné·e·s de l’école et issu·e·s des familles vulnérables. (Libération du 7 mai 2020)

« Je suis inquiet de la persistance d’un stress chronique chez les enfants »

Pour le pédopsychiatre Richard Delorme, les enfants sont les grands oubliés de la crise sanitaire causée par le Covid-19. Leur santé, selon lui, n’a pas été suffisamment prise en compte. (Le Monde du 7 mai 2020 – Abonnés)

Aller au contenu principal