Nos actualités

La JPA en congrès

La JPA en congrès

Les 6, 7 et 8 octobre derniers, la JPA du Rhône et de la Métropole de Lyon (JPA 69ML) a participé au congrès national de la Jeunesse au Plein Air.

Engagement éducatif et citoyen, place des Accueils Collectifs de Mineurs (ACM) dans les 17 objectifs de développement durable de l’ONU, accès des enfants et des jeunes à leur droit aux vacances et aux loisirs éducatifs ont occupé les débats.

Le congrès a adopté un manifeste pour des séjours et des loisirs collectifs accessibles à tous les jeunes. Plusieurs organisations extérieures sont venues lui apporter leur soutien.

1100 jeunes en colos apprenantes avec la JPA

1100 jeunes en colos apprenantes avec la JPA

La JPA 69ML a dressé le bilan des « colos apprenantes » 2021 avec ses partenaires institutionnels et associatifs.

Avec ses organisateurs confédérés, elle a permis le départ de 1100 jeunes du Rhône et de la Métropole de Lyon. Alors qu’en 2020 les filles ne représentaient qu’un tiers des participants, elles ont été presque aussi nombreuses que les garçons cette année. C’est un résultat dont tous les participants se sont félicités. On peut y lire une plus grande confiance des familles suite aux bons retours des colos apprenantes 2020 et au travail d’accompagnement important fait par les personnels sociaux et les organisateurs des séjours.

Les participants au bilan ont témoigné de la satisfaction des jeunes, des familles et des professionnel-le-s.

Les colonies de vacances sont de nouveau inscrites dans la panoplie éducative des familles et des responsables éducatifs locaux. Parce qu’elle répond à un besoin et à une attente, l’aide que l’Etat a fournie ces deux dernières années doit être pérennisée.

Financement public des colonies de vacances

Un rapport d’enquête, en date du 16 décembre 2020, fait au nom de la commission d’enquête parlementaire pour mesurer et prévenir les effets de la crise du covid-19 sur les enfants et la jeunesse (voir la composition de la commission), salue l’initiative portée par le dispositif vacances apprenantes (page 122) et formule une proposition tendant à sa pérennisation.

« Concernant les colonies de vacances, leur relance, après une lente érosion depuis les années 1980, est une excellente nouvelle pour les catégories populaires. En effet, pendant des années, elles ont joué un rôle d’intégration important et ont constitué un véritable lieu d’éducation populaire. Plus de 60 000 enfants sont partis en colos apprenantes, ce qui représente 1 500 séjours de vacances. S’agissant des centres de loisirs, près 500 000 places ont été offertes au cours de l’été grâce à ce dispositif.

La Jeunesse au Plein Air accueille favorablement cette proposition, laquelle s’inscrit dans le prolongement de son action conduite auprès des pouvoirs publics depuis l’automne dernier.

Pour mémoire, La Jeunesse au Plein Air Rhône et Métropole de Lyon et ses organisateurs confédérés (AROEVEN de Lyon, FOL Rhône et Métropole de Lyon, PEP 42) ont permis le départ de près de 750 enfants et adolescents, soit environ 55% des jeunes rhodaniens partis avec les colos apprenantes.

Départ en vacances : des inégalités encore plus criantes

Une enquête réalisée entre le 11 et le 18 juin auprès de 1 010 parents, sur un échantillon représentatif des familles françaises par OpinionWay pour l’OVLEJ et l’UNAF sur les vacances d’été 2020 des enfants de 6 à 17 ans confirme les profondes inégalités qui traversent notre pays en matière d’accès aux vacances.

2 millions d’enfants pourraient être privés de vacances d’été en 2020

Parmi les familles ayant pris, dès la mi-juin, des décisions concernant les vacances d’été de leurs enfants âgés entre 6 et 17 ans, 22 % déclarent qu’il n’y aura pas de séjours (d’au moins une nuit). Ce sont donc près de 2 millions d’enfants qui pourraient être privés de départ cet été. En outre, on constate que les non-partants sont surreprésentés chez les inactifs et les CSP- : 49 % d’inactifs (hors retraités) et 27 % de CSP-.

L’enjeu financier accentué par la crise sanitaire

La problématique financière, déjà présente dans les précédentes enquêtes de la JPA, s’aggrave cette année : 27 % des familles déclarent avoir moins de moyens financiers. Cette proportion atteint même 42 % pour les familles où aucun des parents n’a travaillé pendant la période de confinement (arrêt de travail, inactivité,…). Le constat est donc sans appel : les inégalités se sont creusées avec la crise.

Réussite éducative, sortie du confinement

En ce début d’été, le confinement est levé mais il continue de produire des effets néfastes chez un certain nombre de jeunes : régression de leur socialisation, traumatisme consécutif à une violence dont ils ont été témoins ou victimes, sentiment d’enfermement et besoin d’activités de plein air hors du quartier.

La Jeunesse au Plein Air du Rhône et de la Métropole de Lyon (JPA 69ML) a donc décidé d’étendre à leur intention son dispositif « Partir en colo pour grandir et mieux apprendre ». En coordination avec les équipes des établissements scolaires, il permet à des jeunes en difficulté scolaire de participer en été à un séjour en colonie de vacances. Les jeunes bénéficiaires ont une difficulté à se mettre en projet, à y maintenir leurs efforts ou manquent de loisirs éducatifs.

Les deux entrées cohabiteront donc cet été. La JPA veille à l’égal accès des filles et des garçons, comme elle veille aussi à la mixité sociale et à l’association des familles à la démarche.

Sur ces deux volets, la JPA a reçu le soutien financier de la Ville de Lyon (5000 €) et de la Métropole (14 000€). De son côté, elle apporte 14 300 €.

Elle peut ainsi proposer 70 séjours à un coût très réduit (6€ par jour le plus souvent). Cela permet aux familles en difficulté financière d’exercer leur rôle éducatif et de juger du bénéfice des colos pour leur enfant avant toute autre considération.

Les jeunes bénéficiaires sont identifiés par les Assistantes Sociales de la Métropole pour le volet « déconfinement », et par celles de l’Education Nationale et de la Ville de Lyon pour le volet « Réussite éducative ». Les colos se dérouleront dans les régions AURA ou PACA. Elles sont organisées par la FOL et l’AROEVEN, organisateurs laïques de séjours de vacances.

En 2019, la Jeunesse au Plein Air a mis en place ce dispositif sur ses fonds propres et avec l’aide de la Ville de Lyon pour ses écoles. L’expérience a montré que les jeunes revenaient avec une plus grande confiance dans leur capacité de réussite et que leurs familles faisaient davantage confiance à l’école.

Les colonies de vacances sont avant tout synonymes de « joie de vivre », de découvertes et de rencontres. Elles sont aussi des lieux privilégiés d’émancipation, de socialisation, de découvertes et d’échanges, complémentaires de l’Ecole et de la famille. Elles permettent aux enfants et aux jeunes d’expérimenter le vivre-ensemble et la mobilité, participant ainsi à la construction de l’adulte et du citoyen de demain. Elles permettent la reconnexion à la nature et l’éducation à la protection de l’environnement.

Elles ont une place irremplaçable dans l’éducation des jeunes et l’exercice de leur droit aux vacances et aux loisirs, reconnu par la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. Rappelons que la récente étude de l’OVLEJ et du CREDOC a montré que ce ne sont plus 3 millions mais 4,4 millions de jeunes de notre pays qui en sont aujourd’hui exclu-e-s.

Aller au contenu principal